Espace membre - Se connecter


LETTRE D'INFORMATION
Recevez les nouveautés du site directement dans votre boite mail.
email


Actualités

Rotary-Club de Montceau

Tente ShelterBox pour les sinistrés des cyclones et autres catastrophes naturelles

Le Rotary-Club de Montceau a bénéficié de l’hospitalité du Centre culturel LECLERC pour exposer au public du 2 au 13 octobre une tente ShelterBox, sortie de sa boîte verte.

Grâce au partenariat entre le Rotary International et ShelterBox, ces tentes (et tout le matériel qu’elles contiennent) sont acheminées rapidement sur les lieux des catastrophes pour apporter un premier abri temporaire aux victimes.

Ce fut le cas notamment lors du cyclone IRMA, aux Antilles, à Saint-Barthélémy et Saint-Martin.

Le Club de Montceau, dans sa rencontre avec les Montcelliens les 6 et 7 octobre, a recueilli plus de neuf cents euros, permettant l’achat d’une telle tente pour réapprovisionner les stocks. Il renouvellera au cours de l’année des opérations autour de ce concept ShelterBox pour venir au secours des populations touchées par les catastrophes naturelles que malheureusement les dérèglements climatiques vont rendre encore plus fréquentes.

Mais d’ores et déjà il tient à remercier chaleureusement, outre le Centre Leclerc pour son écoute et son accueil, tous ceux qui par leur humanité et générosité ont permis le succès de cette première opération ShelterBox de l’année rotarienne.

image : http://montceau-news.com/imagesPost… rota 131017

MONTCEAU-LES-MINES Les Montcelliens solidaires des sinistrés de Saint-Martin Le 11/10/2017

Photo Mathias CHAIDAT

Faisant preuve de solidarité envers les victimes des ouragans et tempêtes tropicales de septembre qui ont fait des milliers de sans-abri dans les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, en Guadeloupe et Martinique, le Rotary club montcellien a organisé une collecte, vendredi et samedi, au centre culturel Leclerc. Cette action a rapporté la somme de 970 €, permettant d’offrir une Shelterbox, tente équipée de tout le nécessaire qui servira d’abri à dix personnes grâce à la générosité des donateurs.

Montceau-les-Mines Le Rotary club lance une collecte pour les victimes des ouragans

Le JSL Le 04/10/2017 à 05:00  Des membres du Rotary club présentent une shelterbox au centre culturel Leclerc. Photo Mathias CHAIDAT

Faisant preuve de solidarité envers les victimes des ouragans et tempêtes tropicales de septembre qui ont dévasté et fait des milliers de sans-abri dans les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, en Guadeloupe et Martinique, le Rotary club montcellien organise une collecte de fonds vendredi et samedi, de 10 à 18 h, au centre culturel Leclerc.

Cette collecte permettra de financer des shelterbox qui aideront les personnes victimes de ces catastrophes climatiques à retrouver un toit. Une shelterbox est une malle contenant une tente à montage rapide, très résistante, un kit de purification d’eau, des couvertures, des lampes solaires, de quoi cuisiner et des accessoires permettant de survivre à une dizaine de personnes en attendant de retrouver un toit en dur.

Des membres du Rotary ont installé une de ces shelterbox au centre culturel Leclerc, où les clients pourront la découvrir en faisant acte de solidarité et de générosité avec les sinistrés par leurs dons.

Mathias Chaidat (CLP)

Embarcadère : Grande soirée musicale ce mercredi soir

Paris Belleville et Musique américaine années 50

Une superbe soirée sous l’égide du Rotary club de Montceau les mines. Le Rotary à 112 ans d’existence et sa fondation 100 ans.

Le club soutient la jeunesse, les étudiants par des bourses, des stages de fin d’année, des dotations d’instruments.

Le club, dans le cadre de student Exchange Programs, accompagne une Montcellienne qui est partie au States alors qu’une jeune américaine est venue en France. Dans les deux cas ce sont des familles Rotariennes qui accueillent.

Pour financer ses actions, le Rotary Club organise des actions comme cette soirée dont la moitié des bénéfices ira au programme Polio Plus du rotary. L’autre moitié permettra de financer des actions locales en liaison avec la jeunesse.

La comédie musicale d’Emmanuel Touchard, mise en scène par Claude Bagnard est servie par l’orchestre Jazzomanie Big Band sous la direction de François Bordiau.

Ce sont des élèves de différents établissements scolaires de Montceau qui constituent la troupe. Et franchement ils sont bons, vraiment. Il y a une vraie intrigue, et dans un coin le librettiste et sa secrétaire écrivent la comédie au fur et à mesure et du coup elle apparait en réel directement sur scène. Bonne idées scénaristique.

L’action se passe dans le bar de Georges, dans les années 30, avec les apaches, les grisettes et compagnie, l’amour nait, mène au drame… et tout cela en chanson, en morceau de musique entrainants et connus.

Il y a un entracte gourmand et ensuite une courte vidéo de la Fondation Rotary. Puis récital de musique américaine des années 50. On n’a pas une minute de répit de l’entrée de la salle jusqu’à la fin de la soirée. Dès 19h30 le public en attendant les 20h00 a droit à un accueil musical au piano accompagné d’une batterie et d’une guitare. Au clavier se succèdent Samy Loudjane et Tanguy Beurrier. Ce dernier a été reçu à l’Institut technologique européen des métiers de la musique (Itemm) formation d’accordeurs de pianos au Mans, il cherche un stage. Si quelqu’un peut apporter son aide.

Une magnifique soirée très applaudie pour atteindre des buts élevés…

Gilles Desnoix

En savoir plus sur http://montceau-news.com/montceau_e… En savoir plus sur http ://montceau-news.com/montceau_et_sa_region/391697-embarcadere-grande-soiree-musicale-ce-mercredi-soir.html#qRhYO9Z5H2jhrFgy.99

mercredi 17 mai 2017 à 07:25

***Une soirée solidaire avec Calabria Casa Nostra et le Rotary Club de Montceau à la Galerie du Camion Ancien

L’espoir prend la forme d’une boîte verte !

Samedi 13 mai, à la galerie du Camion Ancien, l’association Calabria Casa Nostra et le Rotary Club Montceau se sont associés autour du projet d’une soirée solidaire afin de financer une shelterbox.

En préambule, Soni Cordoano, (président de Calabria Casa Nostra), Bertrand de Sars (président du Rotary) et Germaine Foucherot (coordinatrice du projet) ont pris la parole pour remercier les partenaires, ont mis en évidence les convergences des deux associations et présenté le programme de la soirée.

Après la projection d’un premier film qui a montré l’histoire, l’action et les moyens de Shelterbox, les participants ont pu voir un reportage sur la situation en Italie et les suites du terrible séisme dans la région des Abruzzes.

Puis, l’assemblée s’est dirigée vers le buffet confectionné par les membres de l’association italienne pour un apéritif dinatoire tout en visitant la galerie du camion ancien.

Enfin, le groupe In’Tchik Bouk a pris possession de la scène pour un répertoire mode italienne, folflorique et tarentelle en vedette !

Les organisateurs étaient satisfaits. L’ojectif est atteint puisque plus de cent personnes ont répondu présentes pour cette manifestation.

JLP

En savoir plus sur http://montceau-news.com/montceau_et_sa_region/384181-une-soiree-solidaire-avec-calabria-casa-nostra-et-le-rotary-club-de-montceau-a-la-galerie-du-camion-ancien.html#xQEqYoe5IYWbvJxR.99

Article le jsl http://www.lejsl.com/edition-montceau/2017/03/13/annie-bouckaert-primee-pour-son-engagement-au-service-des-autres

Montceau-les-Mines - solidarité

Annie Bouckaert a reçu le prix Servir 2017 du Rotary club et un chèque de 750 €.

Bertrand De Sars remet le prix à Annie Bouckaert. Photo M. C.

Jeudi au restaurant Le Plessis , Bertrand De Sars, président du Rotary club, a remis le Prix Servir 2017 du club à Annie Bouckaert. En lui offrant 750 €, le club récompense son investissement dans la prise en charge du handicap, physique et psychique, et dans la recherche de solutions pour les familles qui en ont la charge alors que les institutions manquent de réponses adaptées.

25 ans d’actions

Durant 25 ans, Annie Bouckaert a œuvré pour que l’on porte un autre regard sur le handicap en rendant ces jeunes, atteints de troubles mentaux ou autistiques, acteurs de la vie culturelle et sociale de leur ville : batucada dans les rues pour la Fête de la musique, participation à des manifestations aux Ateliers du jour, etc. Actuellement, Kevin, adolescent autiste, participe au projet d’une comédie musicale avec des valides.

Annie Bouckaert a créé une association, Le Jardin des 7 sens, avec de nombreux partenaires : médecins, pharmaciens, infirmières, institutions et associations. Il y a deux ans, à Saint-Martin-la-Patrouille, elle a aménagé sa propriété et accueille des ados souffrant d’autisme.

Mathias Chaidat (CLP)

1 400 euros récoltés par le Rotary pour lutter contre le cancer

Le Journal de Saône et Loire / Edition Montceau / Montceau-les-Mines Mercredi 8 février 2017

Montceau-les-Mines

Vu 47 fois Le 08/02/2017 à 05:00 mis à jour à 09:38  Réagir

La lutte contre le cancer est une cause qui tient au cœur d’Alice et de José. Photo Mathias CHAIDAT

Samedi, les membres du Rotary club montcellien se sont mobilisés en participant à la campagne nationale du Rotary pour venir en aide à la nécessaire et primordiale recherche contre le cancer, avec l’opération “Jetons le cancer”.

Se relayant au centre Leclerc et à l’Intermarché de Saint-Vallier, les Rotariens ont échangé des jetons pour caddies contre des pièces de 1 € avec les clients des deux magasins.

Bien accueillie par les clients généreux et solidaires, cette initiative a permis de récolter la somme de 1 400 € qui sera intégralement attribuée à l’achat de matériel nécessaire pour aider les centres de recherche dans leur lutte pour soigner les malades du cancer.

Le cancer provoque 150 000 morts par an en France et 1 000 nouveaux cas sont détectés par jour dans notre pays.

dimanche 5 février 2017 à 06:18 MontceauNews

Solidarité – Le Rotary club de Montceau-les-Mines et la lutte contre le cancer

Un petit jeton pour une grande cause

L’idée est toute simple, encore fallait-il y penser. Au Rotary, toutes les initiatives sont les bienvenues et notamment quand il s’agit de venir en aide à la recherche contre le cancer et, surtout, comment recueillir de l’argent avec élégance. On a toujours besoin d’un jeton pour prendre un caddie, alors 1€ contre un jeton, c’est aussi simple que cela.

La campagne 2017 du Rotary « Jetons le cancer » se déroulait ce samedi 4 février sur le plan national. Le club montcellien se trouvait ainsi aux entrées d’Intermarché à Saint-Vallier et Leclerc à Montceau-les-Mines. L’an dernier, avec un seul site, le Rotary avait recueilli 400€. Les fonds récoltés sont intégralement et exclusivement attribués à l’achat de matériel pour la recherche.

J.B.

Montceau-les-Mines - Solidarité le jsl Une tente de survie au collège Jean-Moulin Encadrés par le Rotary club, une trentaine de collégiens se sont lancé le défi de financer une Shelter box, ou boîte de survie.

Les collégiens de Jean-Moulin ont été sensibilisés à l’opération Shelter box des Rotary club de Montceau, Le Creusot et Paray.

Photo Camille ROUX Les collégiens de Jean-Moulin ont été sensibilisés à l’opération Shelter box des Rotary club de Montceau, Le Creusot et Paray. Photo Camille ROUX

Les collégiens de Jean-Moulin membres du club Interact fondé en 2014 par le Rotary club de Montceau doivent relever un nouveau challenge : financer une Shelter box, boîte de survie destinée aux populations touchées par des conflits ou des catastrophes naturelles.

Pour sensibiliser leurs camarades à leur nouvelle mission, ils ont été rejoints lundi par les instigateurs du projet, représentants des Rotary clubs de Montceau, du Creusot et de Paray, qui ont déployé une tente de survie en pleine salle de cours. Tout au long du semestre prochain, la trentaine de jeunes membres du club organisera des actions de collectes – théâtre, concert, vente de gâteaux – pour financer l’une de ces boîtes d’urgence.

Protéger la population en attendant les secours

« L’objectif des Shelter box est d’être à disposition de la population avant même l’arrivée des secours », explique Emmanuel Buchet, président du Rotary de Paray. Pour cela, l’ONG britannique Shelterbox dispose de quatre centres de stockage dans le monde pour assurer une proximité dans l’intervention. Nul ne sait par contre où ira la Shelter box des petits Montcelliens.

Mise en route du broyeur aux Jardins du cœur.

Photo Mathias CHAIDAT le JSL

Lundi après-midi, le Rotary club montcellien, présidé par Bertrand de Sars, a encore fait preuve de solidarité active au profit des Jardins du cœur au Magny, en leur offrant un broyeur de végétaux d’une valeur de 1 950 €, cofinancé à hauteur de 25 % par l’entreprise Agrivert de Sanvignes.

Ce broyeur livré et mis en route par Arnaud et René Pichard a montré son efficacité lors de sa mise en route. Les végétaux broyés serviront de compost dans les jardins, de paillage pour éviter la pousse de mauvaises herbes et réduiront l’évaporation de l’eau lors des grandes chaleurs estivales.

Devant les membres du Rotary, Marie-Noëlle Trémeaud, présidente des Restos du cœur de Saône-et-Loire et Jean-Jacques Blazejewski, responsable des Jardins du cœur, ont fait part de leur projet d’installation d’un système de chauffage des serres en utilisant le compost produit, qui sera stocké dans un silo d’une capacité de 27 m³, ce qui générera des économies d’énergie considérables.

Venant après le financement des serres, le creusement d’un puits, la fourniture d’une citerne et du système d’arrosage, la fourniture de ce broyeur par le Rotary club permettra aux 14 personnes travaillant en insertion aux Jardins du cœur, qui ont produit onze tonnes de légumes pendant la saison 2015-2016 au profit des Restos du cœur, de travailler dans de meilleures conditions, tout en réduisant les frais d’exploitation.

Appel aux dons de végétaux

Pour produire la quantité de compost nécessaire, les Jardins du cœur auront besoin d’apports de tailles de haies, sauf de résineux et de tontes de gazons que les particuliers pourront apporter tous les lundis de 9 h à 11 h 30 et de 13 à 15 heures, les vendredis de 9 h à 11 h 30.

Contact Jardins du cœur : 03.85.57.02.56.

Mathias Chaidat (CLP)

MontceauNews lundi 12 décembre 2016 à 10:34 Rotary Club de Montceau-les-Mines

"Coup de pouce" à Stéphanie Humbert

Nous accueillons aujourd’hui Stéphanie Humbert qui nous expose son parcours : titulaire d’une licence de lettres modernes, elle a mis de côté sa formation et démarré un parcours professionnel qui lui a permis d’élever 3 enfants de 14 à 20 ans (2 sont en études supérieures), elle souhaite reprendre des études pour devenir professeur des écoles.

Après avoir échoué de très peu au dernier concours (sans préparation spécifique), elle suit actuellement une formation à distance par connexion internet avec l’IUFM de CERGY-PONTOISE, ce qui l’occupe plus de 18 heures par semaine, en plus de stages en école pour lui permettre de réaliser des séquences pédagogiques.

Elle a récemment perdu son emploi d’assistante scolaire au collège Jean Moulin suite à des restrictions budgétaires, mais a postulé sur des postes qui pourraient lui permettre de suivre l’intégralité de sa formation (attente de réponse Amazone pour le mois de décembre et la période des fêtes).

Nous lui remettons un premier chèque pour lui permettre de faire face aux frais d’inscription et à l’achat de matériel pédagogique. Une seconde aide sera remise en fin d’année pour lui permettre de faire face aux frais de transport et d’hébergement lorsqu’elle devra se présenter en région parisienne pour les concours.

Téléthon 2016 (Montceau)

Comme chaque année, nombreuses ont été les associations montcelliennes à participer à l’édition 2016 du Téléthon ; associations qui en ont fait la réussite qu’on lui connait.

Impossible de citer toutes les associations de peur d’en oublier ! Ce serait d’autant plus dommage, que toutes ont « sorti le grand jeu ».

L’intérêt marqué pour ce qui est une bonne cause de leur part mais aussi par les chalands venant faire leurs courses en centre ville ou au marché. A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ne connaissons pas le résultat de la collecte sur la cité.

Par contre, au vu de l’affluence, nul doute que la générosité des habitants de ce bassin, réputés pour cela, se confirmera, cette année encore ! Annabelle Berthier

L’interact de Montceau et 6 Clubs rotary de la région, associés pour financer la construction d’une école à Yako au Burkina Faso. La première rentrée se fait en Octobre 2016.

Montceau-les-Mines - échange franco-américain (Grace, jeune Américaine, parrainée par le Rotary-club) Grace Braswell est venue étudier pendant un an au lycée Parriat

Le 20/09/2016 à 05:00  Edition Abonné

Grace Braswell, au centre de la photo, avec à ses côtés Véronique Kieny, qui l’a accueillie, et Bertrand de Sars, président du Rotary club montcellien. Photo Mathias CHAIDAT

Jeudi soir, les membres du Rotary-club montcellien ont organisé une réception en l’honneur de Grace Braswell, une jeune Américaine de 16 ans originaire du Tennessee. La jeune fille va passer une année d’études au lycée Parriat, en 1re S, dans le cadre des échanges d’étudiants initiés par le Rotary international. Pour l’occasion, Grace était accompagnée par Véronique Kieny qui, avec Gilles, son mari, l’ont accueillie à leur domicile à Blanzy, pour une durée de trois mois, avant d’être hébergée ensuite par deux autres familles de membres du Rotary.

La langue française à adopter

Intimidée par le chaleureux accueil qui lui a été réservé, Grace – qui a encore d’énormes difficultés à s’exprimer en français – s’est présentée et a livré ses premières impressions sur le début de son séjour à Montceau, où elle est arrivée début septembre. « Je suis très heureuse de découvrir la France et je me sens comme chez moi dans la famille Kieny, qui me fait découvrir de bons petits plats. Je me régale de fromages et de pâtisseries qui sont une découverte pour moi. Véronique et Gilles m’ont également fait découvrir beaucoup d’activités sportives et culturelles très intéressantes auxquelles je vais participer avec beaucoup de plaisir. En revanche, j’éprouve de grandes difficultés pour m’adapter au lycée car je ne pratique pas assez le français, ce qui me pénalise dans beaucoup de matières. Mais je me suis fait des amis qui maîtrisent l’anglais et m’apportent leur aide. Grâce à cela, j’arriverai à suivre. »

Un échange bénéfique

Véronique Kieny, maman de Sarah qui est partie étudier également pendant un an aux États-Unis, dans le cadre des échanges du Rotary, en a profité pour donner de ses nouvelles : « Sarah est très bien arrivée et elle s’est vite intégrée à sa nouvelle vie. Dans sa famille d’accueil, elle a la chance de bien parler l’anglais, c’est beaucoup plus facile pour elle que pour Grace. Sarah va bientôt faire un voyage au Canada et elle a rencontré et tissé des liens amicaux avec d’autres étudiants étrangers venus aux États-Unis, comme elle, pour un an. Elle nous donne régulièrement de ses nouvelles, ce qui est rassurant »

 Grace Braswell Je suis très heureuse de découvrir la France et je me sens comme chez moi dans la famille Kieny. Mathias Chaidat (CLP)

Sarah aux Etats-Unis et Grace en France…

l’échange Studex a bien démarré

Arrivée la semaine dernière en France, la jeune Grace Braswell est la première étudiante accueillie par le Rotary sur Montceau.

Logée à Blanzy, la jeune fille a officiellement rencontré les représentants du Rotary qui vont la prendre en charge pendant l’année à venir. A l’occasion d’un repas, Grace Braswell a fait connaissance du responsable des échanges Studex, Paul Guillemet et sa compagne chez qui elle sera logée en fin d’année scolaire, de Sylvie Texeira sa référente, du président du club montcellien Bertrand de Sars, et de la famille Michel qui l’accueillera après les vacances de Noël.

Grace a été intégrée au lycée Parriat en classe de 1ère S, et logera jusqu’en janvier chez les Kieny dont la fille Sarah est partie aux Etats-Unis la semaine dernière. Cette dernière a été accueillie avec beaucoup de sympathie dans la ville de Montpelier, capitale du Vermont (en haut des Etats-Unis tout près de la frontière canadienne), où elle suivra elle aussi une scolarité équivalente à une année de première.

Et que ce soit aux Etats-Unis ou en France, les jeunes filles sont en immersion complète dans les familles. Toutes deux rencontrent les mêmes difficultés de compréhension de la langue, mais elles se déclarent ravies de l’expérience et totalement émerveillées tant les différences et les découvertes s’enchaînent. Le rayon fromages du supermarché et les pâtisseries françaises laissent Grace sans vois, tandis que Sarah découvre avec fascination les immensités américaines et le report des jours de classe non travaillés pour cause de tempête de neige à la fin de l’année scolaire.

Les deux jeunes filles sont les premières à bénéficier de cet échange incroyablement riche qui va leur permettre de découvrir la culture du pays et la vie quotidienne des jeunes de leur âge. Une belle expérience ouverte à tous les jeunes, puisque le Rotary la propose également aux non-membres du club.

le JSL Montceau-les-Mines - scolaire Sarah Kieny s’apprête à partir étudier aux Etats-Unis

Lundi, Sarah Kieny partira étudier pendant un an en Amérique. Elle sera en classe de première dans un lycée du Vermont.

Vu 240 fois Le 20/08/2016 à 05:00 mis à jour à 21:40  Réagir

C’est notamment grâce au Rotary club montcellien que Sarah pourra partir vivre son rêve américain. Photo Mathias CHAIDAT C’est notamment grâce au Rotary club montcellien que Sarah pourra partir vivre son rêve américain. Photo Mathias CHAIDAT

Sarah Kieny, jeune lycéenne de 15 ans, fait ses études au lycée Parriat, et réalisera son rêve américain grâce au Rotary international. Le Rotary club montcellien l’aide aussi à partir dans le cadre de l’organisation d’échanges internationaux d’élèves.

« Cette expérience me tient à cœur depuis longtemps »

Avant de prendre, lundi, le départ pour la ville américaine de Montpelier, située dans le Vermont, Sarah a été reçue, jeudi soir, dans les locaux du Rotary club montcellien où elle a reçu une enveloppe contenant l’aide financière qui va lui permettre de passer un an à étudier dans un lycée américain en classe de 1re , en étant hébergée à tour de rôle dans trois familles américaines.

Radieuse, Sarah, en adressant ses remerciements, a exprimé sa joie et sa reconnaissance. « Le soutien apporté, qu’il soit financier ou administratif, me permet de réaliser mon rêve, qui est de découvrir l’Amérique, la façon de vivre des habitants et leur système scolaire. Il permet aux élèves de choisir leurs cours, et je pourrais perfectionner mon anglais, ma langue préférée. Cette expérience me tient à cœur depuis longtemps. »

Un programme d’échanges international

Elle a également confié avoir déjà pris des contacts avec d’autres jeunes bénéficiant de ce programme d’échanges internationaux et qui vont vivre une année ensemble dans le même district du Rotary américain. Elle a hâte de les rencontrer le 9 septembre.

À son tour, dans le cadre de ces échanges d’élèves de tous pays, initié par le Rotary international, le club montcellien accueillera, le 30 août, une jeune lycéenne américaine qui fera également un séjour d’une année d’études au lycée Parriat. Elle sera prise en charge par trois familles montcelliennes, dont celle de Sarah. Cette jeune Américaine découvrira la France et l’Europe au cours de différents voyages pris en charge par le district Bourgogne Franche-Comté du Rotary.

Mathias Chaidat (CLP)

Une Blanzynoise aux Etats-Unis pour un an grâce au Rotary

Sarah Kieny quittera la France lundi prochain pour rejoindre les USA grâce au système d’échange STUDEX.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que la jeune lycéenne blanzynoise de 15 ans a été reçue par le club local du Rotary afin d’annoncer son tout prochain départ. Sarah Kieny, élève en seconde au lycée Parriat, a en effet bénéficié de l’échange d’une année proposé par le Rotary International. Cet échange permet à un jeune de 15 à 18 ans de vivre pendant un an en immersion totale dans un autre pays.

« Je pars lundi matin pour rejoindre la ville de Montpelier dans le Vermont (tout en haut des Etats-Unis, près de la frontière canadienne et de Montréal), a expliqué Sarah aux membres du club. Je serai scolarisée au lycée local dans une classe équivalente à la première, dans laquelle je choisirai mes cours. Je suis vraiment impatiente de partir et de découvrir ma nouvelle famille avec qui j’échange par mail depuis plusieurs semaines déjà ». En plus de la découverte de la vie locale, la jeune blanzynoise se verra proposer plusieurs sorties et rencontres avec les autres jeunes du programme domicilié dans le même district. « Je suis déjà en contact avec une Chilienne et je découvrirai les autres le 9 septembre à l’occasion d’un week-end de présentation. Nous aurons aussi des sorties de ski, des animations pour Haloween, Chrismas, une visite de New York… ».

Le club a tenu à remettre plusieurs fanions à Sarah afin qu’elle les remette aux clubs américains qu’elle côtoiera, et à la féliciter pour ce « premier essai d’échange ». C’est la première fois qu’un tel échange aura lieu à Montceau : en effet, pour que Sarah puisse partir, le club local doit accueillir un autre jeune pendant la même durée. Il s’est donc engagé dès l’an dernier à prendre en charge un ou une lycéenne. « Ce n’est pas un échange de famille à famille, explique le responsable du club. On peut envoyer une jeune fille de 16 ans au Mexique et accueillir en échange un garçon de 17 ans venant de Corée ».

Cette année, les continents vont cependant se croiser puisque ce sera une jeune américaine, Grace Braswell, qui atterrira mardi 23 août en France pour rejoindre la famille Kieny qui la prendra en charge pendant 4 mois. Deux autres familles prendront ensuite le relais afin que la jeune fille découvre différentes facettes de la vie française. Grace intégrera le lycée Parriat en classe de 1ère S.

Nous aurons l’occasion de vous la présenter dans un prochain article. Gageons que les Montcelliens lui réserverons le meilleur accueil !

Le cœur ça se jardine et ça se cultive

La chaleur humaine fait pousser des légumes

Un oasis, vous en avez l’image en tête ; un verre de bon vin ou un délicieux gâteau, vous en avez le goût dans la bouche, le soleil vous en avez la chaleur en souvenir sur la peau… Fermez les yeux…ces sensations mélangez les et ouvrez les yeux, vous êtes dans les jardins du cœur au Magny.

Ici on travaille d’arrachepied à disputer à la terre les fruits et les légumes qui vont alimenter les 5 centres des restos du cœur.

Les jardins du cœur dirigés par Jean Jacques Blazejewski sont une entreprise d’insertion qui comprend 14 salariés en CDDI.

Ces travailleurs (et ils en sont des vrais de vrai nous les avons vu « bosser » pliés en deux au-dessus de la terre pour désherber à la main), peuvent passer 2 ans en contrat aux Jardins du Cœur. Ensuite c’est l’insertion sur un emploi (52% de réussite) ou la prise en compte par un autre dispositif.

Les jardins du cœur occupent la place des anciennes maisons du quartier, et en quelque sorte ils rendent hommage aux mineurs et à leurs familles qui ont habité ici et trimé pour tirer de leurs jardins leur pain quotidien…

Jean Jacques reçoit ce matin du vendredi 20 juin 2016 des donateurs qui ont offert 5 poules pour le nouveau poulailler du cœur… C’est un cadeau pour l’avenir… donc pour que l’amitié dure…

Une bande d’amis et d’amies ont un jour décidé de se cotiser pour faire un don aux jardins du cœur. Vous voyez que le cœur ça se cultive. Hubert Marceau… retraité qui s’active et adore les bêtes à plumes, il en a plein chez lui… a guidé le choix des amis généreux vers les gallinacées.

Ces dernières sont 5 de couleurs différentes, jeunes et commencent seulement à pondre. Elles disposent d’un superbe poulailler créé et réalisé par les salariés en période d’hiver.

Leur savoir-faire en matière de plessis et d’ornementation est resplendissant, bravo les artistes…

Et tout le monde visitent consciencieusement les 8 500 m2 du potager, du verger, des serres (1200 m2). Cet ensemble a produit 11 tonnes de légumes l’an passé. Vu le temps ce sera peut-être moins cette année. Dans une des deux serres, alimentés au goutte à goutte, 800 pieds de tomates. A 10h00 il fait 35° et cela monte à plus de 40° dans la journée.

Jean Jacques pourrait installer un sauna dans une serre, il gagnerait de l’argent… en tout cas les tomates ne se plaignent pas

Les jardins du cœur ont des donateurs et un partenaire de poids : le Rotary club. Les salariés ont recreusé un ancien puit qui avait été remblayé avec des tuiles et des briques des maisons écroulées. C’est un travail de bagnard qui a été réalisé par les salariés eux-mêmes.

Ensuite le Rotary a sorti sa baguette magique… Il a équipé le puit, installé deux réseaux enterrés, le système de pompage, une citerne de 25 000 litres, équipé les serres du goute à goute, etc… Impressionnant.

JPEG

Mais le Rotary c’est aussi un homme, un partenaire de cœur : René Richard qui n’épargne ni son temps, ni sa peine, ni son aide. Il laboure, livre le fumier, va chercher le paillage à Torcy chez Creusot Montceau Recyclage, soude les installations d’eau, etc…

Les salariés ne sont pas en reste ils se sont installé un jardin d’agrément avec un bassin étanché à la glaise et utilisant un circuit fermé d’eau.

Le bonheur quoi…

Pour remercier les donateurs on sort de la Quiche pizzatée ou de la pizza quichée, enfin une alliance délicieuse, vraiment, de la brioche et l’on trinque ensemble…

Ce sont des instants de partage et de convivialité comme on aime en vivre et surtout si importants dans nos temps d’individualisme et de galères.

http://montceau-news.com/montceau_et_sa_region/324354-le-coeur-ca-se-jardine-et-ca-se-cultive.html

Gilles Desnoix

50 ANS DU CLUB

Montceau - santé 700 personnes à la conférence médicale du Rotary club Pour son 50e anniversaire, le Rotary club montcellien a organisé une conférence sur le cerveau. De grands spécialistes ont présenté les progrès de la science dans le traitement des maladies du cerveau.

JPEG - 67.2 ko
JSL article de M CHAIDA

Le D r Gras, neurologue, entouré des professeurs Bejot et Honnorat et de Florence Poli, journaliste au JSL et animatrice de la conférence. Photo Mathias CHAIDAT Le D r Gras, neurologue, entouré des professeurs Bejot et Honnorat et de Florence Poli, journaliste au JSL et animatrice de la conférence. Photo Mathias CHAIDAT

À l’occasion de son 50e anniversaire, le Rotary club montcellien a organisé une conférence sur le thème des avancées médicales sur le cerveau. Elle a rassemblé environ 700 personnes à l’Embarcadère, venues écouter le professeur Honnorat, enseignant de neurologie au centre de recherche en neurosciences de Lyon, le professeur Bejot, du service de neurologie, vasculaire et dégénérative au centre hospitalier universitaire de Dijon, le Dr Gras, neurologue et président du réseau Démences Alzheimer de Bourgogne. Ils ont exposé les progrès de la science dans le dépistage et le traitement des maladies du cerveau. Les bénéfices de la soirée seront reversés à la recherche médicale.

Fanny Prost, luthière à Saint-Romain-sous-Gourdon…

2ème prix du travail manuel du district du Rotary club…

Fanny Prost, jeune luthière, installée à Saint-Romain sous Gourdon, récipiendaire du prix du travail manuel attribué par le Rotary club de Montceau, s’est présentée le week-end dernier à la conférence de district à Troyes, elle a reçu le 2ème prix du travail manuel des mains du gouverneur Jean-Lou Sculfort.

Portrait « rapide » de quelqu’un que l’on peut affubler du titre d’artiste et ce sans flagornerie, ni exagération…

Fanny PROST

26 ans.

A 11 ans commence à jouer de la guitare.

En rencontrant M …. Elle découvre la lutherie.

Après un baccalauréat littéraire, elle commence une année en faculté, sans grand enthousiasme.

Sa maman, constatant qu’elle s’intéresse beaucoup à la fabrication des instruments de musique, l’incite à chercher une formation dans cette direction. M….. , à Donzy le Perthuis lui conseille de s’inscrire au lycée professionnelle de Château-Chinon pour passer un CAP Art du Bois et Marqueterie. Ce qu’elle fait en 2007-2008.

Elle part ensuite au Lincoln Collège de NEWARK on TENT en Angleterre, collège de réputation internationale en lutherie et qui accueille des étudiants provenant de nombreux pays.

Elle y séjournera 4 ans, de septembre 2009 à juin 2013, une année en fabrication de guitare, et 3 années en fabrication de quatuor (violon…).

En juin 2013 elle en sortira avec le diplôme de luthière.

Après quelques courts stages en Angleterre et en Allemagne, elle sollicite la mairie de Saint Romain sous Gourdon, village où réside une partie de sa famille, pour qu’un local lui soit mis à disposition.

Après quelques travaux d’aménagement, elle peut s’y installer en décembre 2013.

Début 2014 elle commence son activité de luthière : réparation et fabrication de guitares et de quatuors.

Grace aux professeurs des conservatoires, grâce au magasin PIANOS MILLOT de Chalon sur Saône, grâce au bouche à oreille, elle trouve une clientèle. Son activité se répartit :

50% en neuf, 50% en réparation

25% en guitare, 75% en quatuor.

Elle acquiert progressivement du matériel : cette activité nécessite une multitude d’outils spécialisés pour effectuer des travaux très minutieux.

Elle estime en avoir acquis pour 10 à 12.000€, et qu’il lui reste à en acheter pour 3 à 4.000€.

La difficulté : facturer son travail à son juste coût.

Difficile de facturer la réparation à plus de 100-150€ d’un violon que des parents ont acheté pour leur enfant quelques centaines d’euros.

Difficile de facturer à son juste prix un violon qu’elle aura fabriqué de A à Z, ce qui aura nécessité de sa part 5 à 600 heures de travail.

Ce n’est que lorsque sa réputation sera établie, et qu’elle sera reconnue par des professionnels, qui lui ferons confiance et lui confirons des restaurations ou la fabrication d’instruments neufs, qu’elle trouvera l’équilibre.

Sylvie Baussier : une auteur jeunesse de conviction …

http://montceau-news.com/culture/307328-sylvie-baussier-une-auteur-jeunesse-de-conviction.html …pour une rencontre passionnante…

Sylvie Baussier, auteure de plus de 150 ouvrages jeunesse, était présente sur le Bassin minier ce jeudi pour venir parler de son métier et de sa passion.

A l’initiative de l’Interact Junior Montceau Club, l’auteure jeunesse Sylvie Baussier est venue rendre visite à plusieurs classes de 3ème du collège Jean Moulin de Montceau-les-Mines jeudi après-midi, afin de parler de l’un de ses derniers livres « Le sourire de la guerre ».

Les jeunes du club ont en effet fait l’acquisition d’une trentaine d’exemplaires de cet ouvrage qui seront accessibles dans les locaux de l’établissement, mais également aux collèges Saint-Exupéry et Saint-Gilbert ainsi qu’au lycée Parriat. Les élèves, qui avaient lu le livre, ont pu poser des questions à la fois sur le contenu de l’ouvrage, mais aussi sur le métier d’auteur, le parcours de création d’un livre, ce qui est vrai ou pas dans une histoire… « C’est l’occasion pour moi d’avoir l’opinion des « vrais » enfants, de savoir ce qu’ils pensent par rapport à ce que j’écris, et également de leur poser des questions pour qu’ils aillent plus loin dans la réflexion ».

Afin de clôturer cette visite, Sylvie Baussier, qui a écrit plus de 150 ouvrages jeunes dont de nombreux documentaires, est intervenue au cours d’un dîner organisé au restaurant du Pré au Bois par le club local du Rotary. Comme pour les collégiens l’après-midi, elle a décrit le parcours du livre avec ses différents intervenants, et apporté la vision de l’auteur sur les choix éditoriaux, le poids économiques des différentes étapes, les difficultés et les réussites de ce métier.

Très gentiment, elle nous a dévoilé son parcours et la passion qui la motive dans son aventure littéraire.

Beaucoup d’entre vous ont dû, sans le savoir, tenir l’un de ses livres en mains, car elle est à l’origine, entre autres, de plusieurs Kididoc. Ces ouvrages remplis de pop-up, mobiles, pages animées et autres objets 3D sont très prisés des 5-12 ans et apportent connaissances et questionnements sur des sujets aussi variés que les poneys, les princesses, les métiers, la nature… et le monde, avec l’une des dernières très belles propositions de Nathan « Kididoc autour du monde », que nous avions chroniqué dans Montceau- News lors de sa parution.

Ancienne éditrice dans une maison spécialisée en documentaire et encyclopédie, elle s’est lancée tôt dans une écriture porteuse de sens : « L’éditeur que j’avais contacté voulait que je rédige un guide sur Paris, ce qui ne m’intéressait pas du tout. Je lui ai proposé un essai sur la mort… Il a accepté et l’aventure a démarré ». Soucieuse d’offrir aux jeunes lectures des pistes d’explications et de réflexion sur des sujets importants, et désireuse de rester indépendante, elle travaille avec plusieurs maisons d’édition où elle développe des thématiques particulières : la mythologie, les droits et devoirs des enfants, la citoyenneté… le plus souvent sous forme de documentaires car « le roman [lui] faisait très peur ». Elle choisit donc des sujets porteurs de sens, comme la mort, la différence, le respect, l’autre…

Un travail de fourmi pour être dans le juste

Passionnée par le monde du documentaire qu’elle connait bien grâce à ses précédentes fonctions, Sylvie Baussier est revenue sur l’important travail de recherche nécessaire à chacune de ses réalisations : le moindre détail compte, comme la présence ou non de brouette pour transporter des matériaux lors de la construction de Versailles (avez-vous la réponse ?… C’est non ! la brouette était utilisée, mais uniquement pour les travaux agricoles).

L’auteure s’entoure donc de spécialistes dans chaque domaine afin d’être juste dans ses propos, et passe beaucoup de temps à s’informer. Une passion qui fait toujours frissonner

« La littérature jeunesse offre une grande liberté, des possibilités infinies d’illustrations, d’angles d’attaques, de supports… Quand un livre marche, l’éditeur peut le publier dans d’autres langues. Quand je vois que l’un de mes ouvrages peut être lu par un petit Coréen, cela m’emplit de joie ! » Avec l’arrivée du numérique, les possibilités de diffusion et de contenu se multiplient, offrant à Sylvie Baussier des perspectives de travail et de développement sans limite. « Le numérique permet d’ajouter des jeux, des petits plus, des compléments d’information vraiment intéressants ». Désormais, la peur du roman s’étant estompée, elle complète sa production de documentaires par des romans jeunes ados, également tournés vers des préoccupations essentiels. Aborder le suicide, parler de la guerre… autant de sujets que l’auteure développe avec respect et finesse en gardant à cœur de permettre aux jeunes de réfléchir et de grandir.

Courte bibliographie non exhaustive : Chez Oskar Jeunesse : « Tes sourires et tes secrets » – « Le sourire de la guerre » – « Condamnée à écrire » – « Tchernobyl, bienvenue en enfer »…

Chez Belin : « Vétérinaire pour la vie »

Chez Nathan : « Le club des poneys » – « Kididoc des animaux » – « Kididoc L’Egypte des pharaons » –

Chez Auzou : « Les fées »

Chez Milan : « Les enfants : leurs droits, leurs devoirs »

Chez Fleurus : « Les religions du monde »

Pour visiter son site : www.sylviebaussier.weebly.com

Népal : les Rotary clubs de Saône-et-Loire se mobilisent.

Le Rotary est partenaire de l’ONG britannique Shelterbox. Leur concept : fournir une caisse contenant un nécessaire d’urgence pour reloger 10 personnes.

L’initiative vient du Rotary d’Autun qui a sollicité les autres clubs du département. Montceau, Le Creusot, Mâcon et Paray ont répondu présent ». Jean-Pierre Metery n’est pas étonné de la mobilisation des Rotariens de Saône-et-Loire qui déclinent localement une action du Rotary international.

« Tout le monde a embrayé parce que l’ampleur de la catastrophe est inouïe mais aussi parce que notre partenaire, Shelterbox, est très efficace », avance le responsable du club service.

Le concept de l’ONG britannique Shelterbox est simple : acheminer et fournir aux populations une caisse contenant le nécessaire pour reloger dix personnes. La boite contient une tente, des tapis de sol et couvertures, un réchaud, un système de purificateur d’eau, des outils (scie, hache, pelle, cordes), des filets antimoustiques et – détail non négligeable – un pack d’activités pour les enfants.

Chaque caisse coûte 750 euros. Les Rotary clubs de Saône-et-Loire vont eux-mêmes en financer plusieurs. Mais ils lancent également un appel à la population : « 500 shelterbox sont déjà arrivées au Népal, rapporte Jean-Pierre Metery. C’est très insuffisant par rapport aux besoins. Il faut amplifier le mouvement. »

Chaque caisse est tracée. Quand elle parvient à destination, un message est envoyé aux personnes qui l’ont financée, précisant où et par qui le matériel est utilisé. Histoire d’avoir un retour concret de l’engagement solidaire.

Pour s’associer à cette action, il suffit de se rendre sur le site internet de l’ONG puis de se laisser guider. Les Rotary clubs partenaires pourront également aiguiller les donateurs.

Contacts et info : http://shelterboxfrance.fr

http://www.lejsl.com/edition-montce…article jsl




Crédits : www.site-rotary.fr : création site Internet Rotary Club © 2017